Pourquoi est-ce si difficile ?

J’ai envoyé le lien de mon précédent billet à mon député (LREM) pour l’interpeller. Sa dernière lettre d’information électronique était en effet titrée : « Contre le coronavirus, un mot d’ordre : la solidarité ! ». « Chiche ? » Lui ai-je écrit. « Voici comment agit l’Exécutif. Exercez votre contrôle ! »

Par son assistant parlementaire, il m’a répondu. Il me dit qu’en effet, la solidarité est « la valeur socle » contre une épidémie, que cette crise sera peut-être « l’occasion pour lui de s’engager sur un nouveau sujet » et m’invite pour cela, « à le recontacter, une fois que tout cela sera derrière nous, pour échanger sur ce sujet de la plus haute importance ».

Tant mieux pour cette proposition. Mais.

Voici ma réponse résumée mais avec des actualisations entre crochets. Elle montre la suite du feuilleton rétention-prison, hélas édifiante : ça vaut la peine.

Et je place une question en conclusion.


M. l’assistant parlementaire,

[…]

1. C’est maintenant qu’il faut fermer les CRA. C’est maintenant que la contagion y a lieu, en chambrées et restauration collectives, comme c’était totalement prévisible, et avec eux la révolte. Il s’ajoute des dysfonctionnements faute de personnel et de matériel (WC bouchés que plus personne ne vient déboucher etc.). La réponse est policière. Lisez cet article en accès libre :
https://www.bondyblog.fr/societe/migrations/au-cra-du-mesnil-amelot-une-revolte-pour-la-survie/
Lire ceci me remplit de honte et de révolte.
Je pourrais aligner une demi-douzaine d’autres témoignages au Mesnil-Amelot et ailleurs. Le gouvernement n’a arrêté les enfermements que là où les tribunaux l’y ont contraint, et l’attitude de ces derniers varie selon les régions. Des dizaines d’enfermements continuent, malgré l’impossibilité sauf très rares exceptions des expulsions. [Actualisation. CRA de Vincennes : 6 policiers et 4 retenus contaminés. (Conséquence : le ministère écarte et confine 51 agents. Mais ne ferme pas le CRA, ça non voyons.) Des avocats ont obtenu injonction du Tribunal Administratif aux préfets, d’extraire, isoler et soigner les retenus malades et de ne plus y enfermer de nouvelles personnes. Le préfet de police n’a pas fait appel mais simplement refuse d’exécuter ce jugement. Je n’ai vu ça que rarement. Ce préfet affiche en outre médiatiquement sa rigueur sur l’application de la loi : lui s’en affranchit1. On a quitté l’État de droit. Par ailleurs, pour la deuxième fois, la CGLPL demande au ministère de l’Intérieur la fermeture des CRA. Elle s’appuie notamment sur une visite en urgence de deux CRA.]

2. C’est maintenant que 104 parlementaires demandent la régularisation temporaire des étrangers sans titre, en cette période exceptionnelle où les expulsions sont impossibles et où la précarité administrative met en danger la santé de ces gens et de leurs enfants ou leur rend la vie impossible. M. le député peut s’y joindre.
https://www.fmlambert.fr/Francois-Michel-Lambert-interpelle-le-1er-Ministre-pour-la-regularisation-provisoire-des-sans-papiers-avec-69_a1346.html

3. Le 30 décembre 2019, le gouvernement créait un délai de carence pour l’assurance santé des demandeur/euses d’asile, égal à celui des Français émigrés à leur retour en France : trois mois. Il y a trois semaines, il supprimait ce délai. Mais seulement pour les émigrés de retour. C’est absurde. C’est maintenant qu’ont lieu les contagions. C’est maintenant qu’il faut supprimer ce délai pour tout le monde.

4. C’est maintenant qu’il faut atteindre l’encellulement individuel en prison, comme le recommandent instamment toutes les autorités spécialistes et en 1er lieu la CGLPL. Le gouvernement reconnaît la nécessité d’agir, puisqu’il a ordonné des mesures ayant abouti à environ 4700 libérations anticipées. Mais il en faudrait 11000 pour être efficace (alléger la détention provisoire et libérer les personnes en court reliquat de peine suffirait —et leur donner un logement provisoire si besoin). Et dans le même temps, la détention provisoire de 22 000 personnes est arbitrairement prolongée sans juge [c’est un énormité je n’en reviens toujours pas]. C’est incompréhensible : comme si des pompiers arrosaient la moitié d’un incendie, et y ajoutaient aussi un peu d’essence.
https://www.cglpl.fr/2020/covid-19-en-prison-des-mesures-gouvernementales-insuffisantes/
plus récent et précis encore (CGLPL)
https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/on-na-jamais-vu-ca-la-controleure-generale-des-prisons-s-indigne-d-une-forme-dincoherence-dans-les-mesures-pour-limiter-la-surpopulation-carcerale_3910477.html
[Actualisation. Les directeurs et directrices de prison s’y mettent : le syndicat national des directions pénitentiaires demande au chef de l’État l’encellulement individuel immédiat. Citation : ]

L’épidémie qui nous touche durement a balayé tous les impossibles et toutes les frilosités : il ne sera en effet plus jamais possible de prétendre que l’encellulement individuel constitue un objectif inatteignable. Le tabou est désormais brisé. Vous savez le faire. La crise sanitaire vient de le démontrer. Ayez le courage et la cohérence [de] répondre […] à l’urgence de la pandémie. […] Et si nous ne sommes pas entendus pour faire de l’encellulement individuel une priorité et une urgence, nous l’exigerons par tous moyens, puisque nous savons désormais que c’est possible.

Et mis à part le risque épidémique, les prisonnier(e)s sont désormais enfermé(e)s 23 à 24h par jour dans des cellules minuscules souvent suroccupées (souvent deux ou trois, parfois quatre dans NEUF mètres carrés), sans parloirs, sans activités, avec promenades restreintes, sans plus pouvoir cantiner. Cela porte un nom : un traitement inhumain et dégradant (et, mutatis mutandis, c’est la CEDH qui le dit dans son arrêt du 30/01/2020, pas moi). Nous avons le choix : l’interrompre ou accepter de devenir collectivement des tortionnaires2.

5. C’est maintenant, M. le député, que des gens sans domicile ont faim et sont parfois privés d’eau.

Ici dans un bidonville https://www.huffingtonpost.fr/entry/face-au-coronavirus-la-grande-precarite-sanitaire-des-bidonvilles_fr_5e93fc16c5b6d97d91efa93e

[Là dans tout un département (spoiler : la Seine-st-Denis) https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/04/18/dans-les-quartiers-populaires-si-on-remplit-le-frigo-on-chope-le-corona_6036998_3224.html]

6. C’est maintenant que des enfants se retrouvent en danger
Ici des enfants étrangers sont carrément mis en danger par la puissance publique https://www.amnesty.fr/refugies-et-migrants/actualites/covid-19-lurgence-dune-protection-des-mineurs-isoles

[et le cas ci-dessous montre que cette dernière n’agit souvent que contrainte par une décision de justice. https://marsactu.fr/bref/la-justice-ordonne-la-mise-a-labri-des-migrants-mineurs-du-squat-saint-just/

Plus généralement, ici article clair et insupportable sur l’enfance en danger, oubliée du confinement https://www.liberation.fr/france/2020/04/16/protection-de-l-enfance-j-ai-l-impression-de-les-abandonner-au-pire-moment_1785459]

Je pourrais ajouter de nombreux autres exemples, qui m’accablent. Le virus cause un malheur suffisant. Je saurais bien gré à nos gouvernants de ne pas y ajouter ce qui précède et qui est évitable. Je conçois que la situation, inédite, est difficile à gérer. Mais les points 1, 2 et 4 ne coûtent rien et les 1 et 4 engendreraient même des économies d’argent et de mobilisation de fonctionnaires. […]

Le député dont vous êtes l’assistant n’est pas un cadre de l’État ou du parti au pouvoir. Il est député, participant constitutionnellement au contrôle de l’Exécutif. Ce contrôle s’exerce différemment depuis le groupe majoritaire et depuis l’opposition et c’est normal, mais il doit s’exercer dans les deux cas. C’est l’occasion pour le député de faire valoir, d’une part la rationalité face à l’épidémie, d’autre part la « valeur pilier » de la solidarité, selon vos termes. C’est urgent. C’est possible.

Veuillez recevoir, M. l’assistant parlementaire, mes salutations, et les transmettre, ainsi que cette lettre ou sa teneur, à M. le député.


J’ajoute une question : Pourquoi est-ce si difficile ?

La rétention ne sert plus à rien actuellement. Pourquoi est-ce si difficile au gouvernement de l’interrompre ? Si difficile au député de me répondre sur ce point, ou de se joindre à la pétition des 104 parlementaires ?

Restreindre la détention provisoire aux cas absolument nécessaires, libérer les prisonniers non dangereux en court reliquat de peine est une évidence sanitaire et serait sans conséquence grave. Pourquoi est-il impossible au gouvernement de s’y résoudre ? Beaucoup d’autres pays l’ont fait.

Tout cela épargnerait en outre de l’argent et des personnels soumis à rude épreuve en ce moment.

L’adversité peut révéler des choses impensées, peut révéler notre hiérarchie de priorités. Enfermer les gens est donc très haut dans celles de l’État.

Pour la rétention on voit même davantage. Depuis longtemps des associations dénoncent son détournement de fait : elle est devenue une prison pour innocents. L’épidémie le révèle platement : alors que les expulsions sont quasi impossibles —il n’y a plus d’avions—, l’État, qui a fermé tous ses services administratifs relatifs aux étrangers, continue de les pourchasser policièrement3, et les enfermer quand les juges autorisent (et même s’assied sur une décision quand elle va dans l’autre sens !). Mieux encore : après contamination de 6 policiers à Vincennes, cela l’a contraint à faire cesser le service de 51 policiers pour les confiner par sécurité. Mais il continue, mobilisant donc d’autres personnels pour les remplacer. Cela coûte absurdement, à un moment où l’État doit faire face à une montagne de dépenses. La rétention est donc un moyen de montrer qui a le pouvoir sur le corps de qui : un exercice de pouvoir violent sur le corps des indésirables. Et vu comme l’État s’acharne, c’est très essentiel pour lui. Et cela entretient dans les esprits, par le geste et sans mot, le statut d’indésirables de tous ces étrangers.

C’est de la violence raciste nue.

Dans son dernier appel d’offre à des associations pour l’assistance juridique en Centre de Rétention, le ministère de l’Intérieur a ajouté une clause interdisant de témoigner de ce qui peut s’y passer. https://www.lacimade.org/20-organisations-interpellent-le-premier-ministre-pour-defendre-la-liberte-dexpression-des-associations-dans-les-centres-de-retention/ Cette monstruosité cadre avec ce qui précède : elle prouve elle aussi ce qu’est la rétention, ce que le pouvoir veut qu’elle soit.

PS. Je n’ai pas fait figurer plusieurs autres sujets de révolte concernant les étrangers. Je mentionne cependant deux choses particulièrement graves.

Des associations documentent la violence de la police grecque à la frontière turque. Cela nous concerne : notre président, d’autres dirigeants européens, la présidente de la Commission Européenne ont félicité la Grèce pour sa fermeté et sa « protection des frontières européennes ». Le 2 mars 2020 les garde-côte grecs repoussent un zodiac plein à craquer, essayent de le faire couler, tapent sur les gens, leur tirent dessus. https://indymotion.fr/videos/watch/c13b027e-fe73-4005-b74f-e9578b8090c5

Le même jour, de nombreux témoignages recoupés documentent le meurtre de Mohammed al Arab, Syrien de 22 ans ayant fui la guerre dans son pays, tué d’une balle de caoutchouc dans la tête par la police grecque. https://indymotion.fr/videos/watch/e8938a1c-5456-46e8-a0cb-be0806c96051

Le week-end de Pâques, quatre bateaux de fortune, partis de Libye, avec environ 250 personnes à bord en tout, ont été signalés en détresse en Méditerranée, dont deux à proximité de Malte. Mis au courant, les différents États européens n’ont rien fait. Un bateau a chaviré. Au téléphone, une mère suppliait : sauvez au moins mon enfant. https://www.lemonde.fr/international/article/2020/04/13/des-ong-inquietes-apres-la-disparition-de-dizaines-de-migrants-en-mediterranee_6036409_3210.html

Pour l’un des bateaux, sur l’insistance d’associations pendant quatre jours, et après sept morts en mer, Malte a finalement organisé un secours et… obtenu des Libyens, de façon totalement illégale et en tentant de le faire secrètement, qu’ils reprennent ces gens. Ils sont actuellement dans une prison où ont lieu torture et exactions. Une action judiciaire sera lancée pour mettre en cause les responsables. https://alarmphone.org/en/2020/04/16/twelve-deaths-and-a-secret-push-back-to-libya/

Les morts en Méditerranée ne cessent pas avec l’épidémie.

Je ne sais pas dans quel monde vous voulez vivre ; j’ai beaucoup de mal à vivre dans celui-ci.

1 Je rappelle que le Gouvernement avait refusé d’ordonner la fermeture des CRA en s’en remettant « au discernement et à l’humanité des préfets », que le Conseil d’État a fait de même en s’appuyant sur les assurances données par l’administration d’empêcher les contagions. Si à l’avenir vous entendez des propos semblables dans la bouche du pouvoir ou des juges, sachez à quoi vous en tenir.

 

2 Sur les prisons actuellement, j’invite M. le député à voir les dernières secondes (à partir de la seconde 45) d’une interview du 10 avril de maître Henri Leclerc sur la chaîne parlementaire-Assemblée Nationale. Voilà ce que la connaissance de la prison fait à cet homme très âgé, au cuir tanné par tout ce qu’il a vu et fait au cours de sa carrière. Regardez cela en face M. le député. https://twitter.com/LCP/status/1248667057316458497

 

3 À Calais notamment, alors que l’eau et l’électricité avaient été coupées pour les étrangers sans toit, les délogements policiers eux n’ont pas cessé, avec les vols habituels de tentes et de biens —des policiers demandant pourtant eux-mêmes leur arrêt. Les bénévoles associatifs, eux, sont verbalisés (18 amendes du 19 mars au 8 avril http://www.utopia56.com/fr/actualite/covid-19-utopia-56-lauberge-migrants-determinees-a-poursuivre-leur-travail-humanitaire). Il semble notamment très important de les empêcher de voir ce que l’État fait aux étrangers. Entre autres, ce dernier les bat jusqu’à l’évanouissement, les gaze, leur casse des membres (selon ce témoignage direct, si vous voulez écouter ces gens qui n’ont jamais la parole : https://helprefugees.org/wp-content/uploads/2020/04/Open-Letter-1-1.pdf)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s