À mon député

Le 26 juillet 2018

Monsieur le député,

j’apprends que le projet de loi Asile-Immigration, débattu très rapidement en séance, notamment puisque de nombreux amendements ne sont pas défendus, sera très prochainement voté, peut-être dans les prochaines heures.

Je vous avais écrit avant l’examen de ce texte en première lecture, pour m’indigner de nombreuses de ses dispositions et surtout de son esprit général, privant les étrangers de l’exercice effectif de nombreux droits fondamentaux, cadenassant encore davantage notre pays, au prix de vies broyées. Je n’exagère pas. Vous avez pu rencontrer des interlocuteurs locaux de la Cimade et d’autres associations, vous savez l’enfer que vivent certains étrangers ici. Les défenseurs du projet, le présentant comme « équilibré » et « soucieux des droits des étrangers » mentent ou refusent de voir la réalité.

Quand l’exécutif veut renvoyer des gens à tout prix, il fait usage de toutes les possibilités pratiques qui s’offrent à lui, légales ou non. Les preuves de ce fait sont constantes : le renvoi de personnes au Soudan (documenté par le New York Times ; ces personnes ont été torturées à leur arrivée ; des policiers soudanais ont également été admis en CRA pour interroger des compatriotes demandant l’asile…), en Syrie, en Afghanistan, l’enfermement de nombreux enfants en rétention dans le but d’un renvoi commode et à tout prix, les nombreuses violations de la loi à la frontière italienne (documentées par un rapport cinglant du CGLPL, par un rapport de la CNCDH, par un rapport de l’association Oxfam), etc.

Ce projet de loi aura un effet essentiel : élargir encore ces possibilités, rendre la défense des droits plus difficile encore.

Parallèlement, il accrédite une fois de plus ce mal profond dont souffre la France : les fantasmes d’invasion concernant les étrangers. La rapportrice du projet, Élise Fajgeles, a ouvert les débats en rappelant qu’un récent sondage indiquait que « 60% des Français trouvent qu’il y a trop d’immigrés en France ». Ce n’est pas faire de la politique. La politique, c’est avoir une vision du monde, vouloir convaincre qu’elle est juste, agir en ce sens. Pas suivre les peurs irraisonnées et supposées des gens, dans un ballet sans fin qui s’auto-alimente. Quarante ans de lois semblables « pour se montrer ferme et donc éviter la montée du FN » ont montré l’échec total de cette prétendue tactique.

On ne construit pas l’avenir sur des fantasmes, et surtout des fantasmes qui tuent, des fantasmes qui nourrissent le vote extrême.

On ne construit pas non plus là-dessus le projet européen avec nos partenaires de l’UE —projet auquel je suis viscéralement attaché. L’absence de solidarité avec l’Italie voyant arriver depuis plusieurs années des étrangers par bateaux, et l’application froide du règlement de Dublin, sont un des éléments ayant favorisé la xénophobie dans ce pays et par suite l’accession de fascistes au gouvernement. Belle réussite !

J’aurais voulu vous envoyer, un peu en avance sur la délibération actuelle, un courrier plus précis, sur papier. Ma charge de travail ne me l’a pas permis.

Je vous redis donc par ce message électronique ma révolte et ma consternation.

Je vous le redis, je n’ai pas voté pour Emmanuel Macron pour voir prospérer cette non-politique, cette violence législative, cette capitulation devant la xénophobie.

Vous n’avez pas pris part au vote en première lecture. Je vous exhorte, autant qu’il est possible dans les dernières heures de délibération et de vote qui restent, de faire entendre la voix de la raison, et d’un réel courage politique.

Je vous remercie de votre attention et vous adresse, M. le député, mes respectueuses salutations.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s